From 1 - 10 / 10
  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Nickel.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Chrome.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Zinc.

  • La carte de la France métropolitaine (hors Corse) des stocks de carbone dans les sols a été préparée par l’INRA dans le cadre d’un exercice mondial piloté par le Partenariat Mondial sur les Sols hébergé par l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO. La carte ainsi produite, en suivant les spécifications décidées par cette instance, a été intégrée à la carte mondiale des stocks de carbone. Elle exploite une précédente production réalisée dans le cadre du programme Global Soil Map (Mulder et al. 2016) et résulte d’un travail de cartographie numérique par modélisation réalisé à partir des données ponctuelles issues des deux programmes nationaux IGCS et RMQS du GIS Sol. La carte transmise à la FAO estime sur une grille de 1km de résolution les stocks de carbone sur 30 cm. Elle fournit des indications précieuses quant à la distribution spatiale et la variabilité des stocks de carbone dans les sols français, avec toutefois des zones où les estimations présentent de forts niveaux d’incertitude, notamment en région montagneuse. Conformément aux spécifications du programme Global Soil Map (Arrouays et al., 2014), ces incertitudes sont symbolisées par des cartes du stock de carbone prenant en compte la borne inférieure et supérieure de l'intervalle de confiance. Ces cartes comprenant les intervalles de confiance, ainsi que la carte des stocks de carbone intégrée à la FAO sont disponibles en visualisation et en téléchargement ci-dessous. IMPORTANT : en cas d’utilisation de ce jeu de données, il est fortement recommandé de prendre en compte les incertitudes fournies (cartes d’intervalles de confiance). Ce travail confirme les précédentes publications nationales puisque les stocks les plus faibles sont observés en Languedoc-Roussillon (région fortement viticole et caractérisée par un climat chaud et des sols peu épais) et dans quelques zones de culture très intensive (Beauce Chartraine, Nord). Les stocks de carbone faibles à moyens (40-50 t/ha) sont caractéristiques des sols des grandes plaines de culture intensive de France ainsi que des sols limoneux comme par exemple le grand Bassin parisien, une partie du Bassin aquitain, le Toulousain et le sillon rhodanien. Les stocks de carbone moyennement élevés (50-70 t/ha) sont caractéristiques des grandes régions forestières ou fourragères de France (Bretagne, Est, Massif central, Normandie) et les stocks de carbone les plus élevés correspondent à des situations climatiques (sols situés en altitude), minéralogiques (sols volcaniques du Massif central) ou hydriques extrêmes (marais de l’Ouest, delta du Rhône).

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Mercure.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Plomb.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Cuivre.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite de l'Arsenic.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Thallium.

  • Le réseau RMQS repose sur le suivi de 2200 sites répartis uniformément sur le territoire français (métropole et outre-mer), selon une maille carrée de 16 km de côté. L’évaluation et le suivi de la qualité des sols sont fondés sur l’analyse de propriétés physiques, chimiques et biologiques des sols, associée à la recherche des sources de contamination diffuse et à la connaissance de l’historique de l’occupation et des pratiques de gestion de chaque site. L’ensemble des prélèvements, mesures et observations réalisés sur un site est détaillé dans le Manuel du Réseau de Mesures de la Qualité des Sols. La première campagne de prélèvement en métropole s'est déroulée de 2000 à 2009. Le RMQS couvre également les départements d'Outre-mer : après un déploiement en 2006-2007 aux Antilles, la mise en place du RMQS s’est poursuivi à la Réunion, à Mayotte et en Guyane. La première campagne RMQS, axée sur la contamination des sols, a permis de produire un ensemble de données sur les principaux paramètres pédologiques classiques ainsi que les teneurs en éléments traces (ET) et également des polluants organiques persistants. Ce jeu de données se base sur les mesures des sites pour fournir les estimations spatialisées à une résolution de 1000 m des teneurs en 9 ET (As, Cd, Cr, Cu, Hg, Pb, Ni, Th et Zn) produites à l’aide d’un algorithme géostatistique robuste. Cette page traite du Cadmium.